Sélectionner une page

Découvrez Kitouni Swimwear, la marque de maillots de bain réalisée par une réunionnaise pour toutes les filles des îles.
Cette interview se décompose en deux parties, une consacrée à sa marque et l’autre pour la partie entrepreneuriale. Virgine Nortal, la créatrice, nous parle de son petit bout de chemin avec Kitouni, de ses galères, de son parcours et de sa marque. Vous aurez aussi le droit à quelques précieux conseils. Et si vous aimez Kitouni, rendez-vous sur son e-shop.

— PARTIE MARQUE

1/ DÉVOILE NOUS LA PERSONNE DERRIÈRE KITOUNI ?

Je m’appelle Virginie Nortal. J’ai 25 ans et suis originaire de l’île de la Réunion. Après avoir eu un bac ES, j’ai fais une licence de droit à Bordeaux. Ce fut des années difficiles, mais j’en ai retiré une énorme capacité de travail et d’organisation qui m’aident encore aujourd’hui dans la création de mon projet.

Je suis une passionnée de la mode, complètement autodidacte et je me sentais capable d’avoir ma propre entreprise. Issue d’une famille d’entrepreneur, je baigne dedans depuis toute petite. La création d’entreprise s’est donc imposée à moi.

 

2/ D’OÙ T’ES VENU L’IDÉE DE CRÉER TA MARQUE DE MAILLOT DE BAIN ?

Étant Réunionnaise dans l’âme, vivant dans une ile, le maillot de bain fait partie de notre vie quotidienne, il est même un des éléments phares. Les réunionnais sont friands du littoral, ils passent la plupart de leur temps dans des zones balnéaires : car ils ont envie de bronzer, de pique-niquer, de faire des activités nautiques, d’aller se baigner dans les rivières, bassins ou piscines. Et cela toute l’année car les températures sont propices à ce genre d’activités. De plus autour de moi, j’ai senti une forte demande de ce produit. Alors, c’est naturellement que je me suis lancée, toute confiante, dans cette aventure, en essayant de combiner la qualité, le prix et le design.

Paradoxalement, pour nous, femmes réunionnaises, seuls les super marchés nous offraient l’opportunité de payer un maillot à un prix raisonnable. Si nous voulions un maillot de bain de qualité, avec une belle coupe, il fallait se diriger vers des magasins qui vendent des marques étrangères, connues, mais le prix s’envolait entre 90 et 200 euros.

Il restait la solution d’acheter son maillot de bain sur un site internet, mais bien souvent les sites étrangers ne livrent pas à l’île de la Réunion, ou le cas échéant le délai de livraison était extrêmement long (pas en dessous de 15-20 jours minimum… Je connais très bien pour l’avoir vécu). C’est donc pour cela que je souhaitais créer une marque de maillot de bain basée sur notre île cocotier !

 

3/ COMMENT AS-TU TROUVÉ LE NOM « KITOUNI » ?

Concernant le nom de la marque c’est toujours en référence à notre île. J’ai choisi KITOUNI car je voulais faire un clin d’oeil au dialecte réunionnais. KITOUNI signifie « cul tout nu = fesse à l’air » et je trouvais que ça collait bien pour des maillots de bain. Nous avons beaucoup ri quand nous l’avons trouvé avec mes amis, et c’est cette réaction que je voulais susciter chez les autres. C’est pour cela que je l’ai gardé!!

 

4/ D’OÙ PUISES-TU TES INSPIRATIONS ?

Je m’inspire de ce que portent les Réunionnaises, d’ou les bas échancrés, ou les couleurs très vives de la deuxième collection par exemple. Je passe aussi beaucoup de temps sur les réseaux sociaux pour être au fait des dernières tendances.
Je met mes idées sur le papier, et la styliste designer (spécialisée dans la lingerie et les maillots) les concrétises en apportant l’aspect technique (finissions couture) que je ne possède pas encore.

 

5/ QUELLE EST LA PHILOSOPHIE, L’ESPRIT DE KITOUNI ?

Tout est dans la simplicité et l’efficacité. Des coupes féminines dans un bon tissu galbant, un style épuré, minimaliste, des couleurs unies, voilà comment l’on pourrait qualifier Kitouni

 

6/ CE QU’ON NE VERRA JAMAIS CHEZ KITOUNI ?

Je ne veux pas tomber dans le kitch, ou le vulgaire

 

7/ QUELS SONT TES PROCHAINES AMBITIONS ?

Holala… Dans 5 ou 10 ans où est-ce que je verrai mon entreprise….?

  • Alors, pour l’instant mes maillots de bain se vendent essentiellement via le e-commerce, et en dépôt vente. Plus tard, j’aimerai bien avoir ma propre boutique physique en parallèle avec le site web.
  • Concernant les clientes, si les femmes adoptent ma marque, et que cela marche. J’aimerai bien plus tard faire une ligne pour les enfants aussi, pour les petites filles plus précisément. Et aussi pour homme.
  • Concernant la zone géographique, j’aimerais que mes boutiques soient essentiellement situées sur la côte ouest de la Réunion (zone balnéaire), et aussi en France, si un jour c’est possible, dans le sud ouest.

 

8/ POUR FINIR, THE PLACE TO BE SELON TOI À LA RÉUNION ?

Je vais répondre Saint-Gilles 😉 C’est l’endroit où il fait tout le temps beau, où il pleut très peut. Il y a les plus belles plages.
On est proche de Mafate, du Maido, qui sont aussi des endroits magnifiques et incontournables.

 

— PARTIE ENTREPRENEUR

1/ LORSQUE TU T’ES LANCÉ DANS LA CRÉATION DE TA MARQUE, QUELS SONT LES PLUS GROS PROBLÈMES QUE TU AS RENCONTRÉ ?

De ne pas avoir été formée pour ça. Par conséquent, j’y suis allée a tatillons en demandant des conseils à droite à gauche, en espérant que ça marche. Je n’étais jamais sûre de moi à 100%. J’ai eu de la chance de rencontrer les bonnes personnes qui ont su m’aider pour les démarches à suivre, pour tout le coté administratif surtout.

Ensuite c’était de trouver la bonne usine de production, c’était tellement important qu’il ne fallait pas que je me trompe. Je n’avais aucun contact, je suis partie à 23 ans taper a la porte des usines de Maurice, avec un « pseudo » dossier technique, j’en ai visité 7 en expliquant mon projet avec Kitouni, même si je n’étais pas expérimenté, les mauriciens ont été très accueillant.

J’en ai donc visité 7, jusqu’à ce que je trouve la bonne. Mais je me souviens que c’était un stress énorme de débarquer comme ça alors que je n’avais jamais vu ou travaillé avec une usine avant, j’avais peur qu’ils ne me prennent pas au sérieux du à mon expérience dans ce milieu qui été inexistante et mon jeune âge.

 

 

2/ QU’EST-CE QUE L’ENTREPRENEURIAT T’AS APPORTÉ ?

L’entrepreneuriat m’a permis d’apprendre énormément dans des domaines multiples. D’un coté il y a notre travail principal qui est de créer et de produire les maillots de bain.

Mais j’ai aussi appris de nouvelles choses dont je ne me doutais pas capable comme : configurer un site internet, gérer une campagne de pub, un shooting, réaliser des packagings pour les envois, organiser des évènements… Je pensais pas que ça allait m’offrir autant d’opportunité et c’est ça que j’adore. Le fait d’être polyvalente !

 

3/ PEUX-TU DONNER 3 ADJECTIFS POUR DÉCRIRE TON PARCOURS D’ENTREPRENEUSE ?

Persévérance, passion, rencontre.

 

4/ DEMANDES-TU SOUVENT DES CONSEILS AUX PERSONNES QUI T’ENTOURENT ?

Oui, quand je reçois un prototype de maillot je demande toujours l’avis de mes amies avant de le produire.
À mon comptable sur les prix, les nouveaux investissement à faire.
À mes clientes sur ce qu’elles n’ont pas aimés pour le modifier ou au contraire ce qu’elles ont vraiment aimés pour le garder.

C’est toujours mieux d’échanger avant de prendre des décisions.

 

5/ COMMENT AS-TU FINANCÉ LA CRÉATION DE TON ENTREPRISE ?

Ce projet a vu le jour grâce a des fonds personnels.

 

6/ AS-TU MONTÉ UN BUSINESS PLAN ?

Si oui, peux-tu nous dire quelques mots à ce propos ?

Oui j’ai monté un business plan. Tout ce que j’ai à dire : c’est qu’il est tout simplement indispensable. Car il faut :

  • Définir sont projet point par point (sa nature, ce qu’on doit faire, ce qu’on a déja fait..)
  • Les objectifs à poursuivre
  • L’étude du marché, de la concurrence pour voir comment se placer
  • La caractéristique des clientes, aussi de l’offre
  • Réfléchir à une stratégie commerciale, à une implantation
  • Et surtout, un prévisionnel pour le chiffre d’affaire pour avoir une ligne à suivre
On commence avec de meilleures bases avec un business plan selon moi.

 

7/ QUELS CONSEILS DONNERAIS-TU À DES PERSONNES QUI SOUHAITENT ENTREPRENDRE ?

Bien réfléchir, ne pas se précipiter. Et vraiment se demander avant de se lancer: si ce que l’on veut faire ou vendre répond bien à une demande.

 

8/ SELON TOI, QUELLE EST LA PLUS GRANDE QUALITÉ D’UN.E ENTREPRENEUR.E ?

La détermination.

Retrouvez KITOUNI SWIMWEAR sur ses réseaux sociaux !

LES INTERVIEWS ENTREPRENEURS C’EST PARTI LA GALÈRE !

The BBoost